Le forum d'AlexandMisty

Pour avoir directement un échange avec les internautes, bienvenue sur le forum de AlexandMisty.com !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 4 d'Hysteria en avant -première

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaerizaki Yume
Admin
Admin
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 02/12/2009
Age : 29
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Nom du personnage: Kaerizaki
Age: 19 ans
Love - relations: Amant de Yukito

MessageSujet: Chapitre 4 d'Hysteria en avant -première   Mar 29 Déc - 13:56

Hysteria chapitre 4


La moto filait à travers les rues illuminées, suivie de près par une longue limousine d’un vert criard. Heureusement qu’à la nuit tombée les couleurs se confondaient. Accroché à la taille de son ami, Tatsuya semblait perdu dans ses pensées, ressassant les évènements de la journée. Le brun agissait avant de réfléchir, depuis toujours. C’était seulement lorsqu’il restait seul avec lui-même qu’il pouvait penser et se demander s’il avait agit pour le mieux. Depuis qu’il était sorti de la rue, plus ou moins, les choses de la vie paraissaient plus simples. Ou moins dramatiques. Il devait se l’avouer, son plus grand défaut restait la colère. A chaque provocation, sans compter chaque chose qui sortait de l’ordre qu’il établissait, le plongeaient dans une rage excessive. Et la seule personne qui le maîtrisait se trouvait dans ses bras, conduisant cette Harley noire à une vitesse un peu trop élevée. Lui et Akira possédaient un pouvoir étrange. Et justement, Kaerizaki sortait de son ordre établi. Il le savait depuis longtemps, le rouquin, avec tact, le lui avait révélé il y avait de cela quelques mois. Mais le leader n’en avait jamais fait mention. Le sous-entendu planait, comme une menace et à chaque instant, Tatsuya se demandait quand est-ce qu’il passerait à l’action. Tous ses gestes, il les calculait, toutes ses remarques qui volaient au-dessus du bassiste et d’Hideaki, semblaient s’accrocher à lui et soulevaient son instinct défensif. Il devait mettre les choses au clair à présent. Après la scène à laquelle il avait assisté. Et qui lui confirmait brutalement la réalité. Le sentiment qu’il ressentait mêlait ce malaise physique sur l’identité sexuelle de son meilleur ami, qui s’insinuait comme un poison et provoquait un rejet presque brutal, et parallèlement la honte, directement liée à ce malaise. Quelque chose de compliqué en somme. Comme pour faire passer tout ce bourbier intellectuel, il lançait des phrases assassines, visant à le blesser ou à le faire réagir. Et vu que cela ne fonctionnait pas, il y allait plus brutalement, se sentant frustré lorsque cela n’aboutissait à rien. Il avait pris conscience que ce comportement tuerait leur amitié. Mais la communication ne faisait pas partie de ses qualités. Comment cela se terminerait-il ?
Kaerizaki bifurqua brusquement entre deux buildings. La ruelle semblait assez grosse pour y laisser passer la limousine. Désormais, Tatsuya connaissait par cœur ce bout de chemin, l’ayant emprunté un nombre incalculable de fois. Il savait que les constructions modernes et sans âme laisserait peu à peu la place à un immense parc, un jardin clôturé à l’abri des regards où se dresserait une magnifique maison. Un manoir. Cette bâtisse représentait pour lui, comme pour les autres de Dolce Alba, une sorte de cachette. Là, chaque brin d’herbe, chaque arbre, chaque fenêtre, meuble ou tapis possédait une longue histoire. Là, tout se révélait pour ce qu’il représentait : un tableau montrait des hommes condamnés par la société mais qui dans cette maison restaient de simples humains. Ils éclataient en couleurs, en clairs-obscurs surprenants où sentiments et Histoire se mêlaient. Et le guitariste se sentait proche de ces gens dont il avait écouté la vie par la bouche de Yume. La mère de Kae, décédée il y a deux années à peine. Son cœur se serra.
Descendant de l’engin, il s’assit devant la porte, attendant la limousine et le batteur de Dolce Alba, fumant tranquillement sur le paillasson. Que de souvenirs. Le jeune homme ne remarqua pas Kaerizaki s’asseoir à ses côtés et sursauta.
- Encore en train de chercher à me choper, fais gaffe, je te tiens à l’œil, sale pervers, aboya Tatsuya.
Il se mordit les joues.
- C’est mon but dans la vie, tu sais, plaisanta Kaerizaki.
Silence.
La voiture verte débarqua dans leur champ de vision.
- Kae…
- Mh ?

Le brun tripatouilla sa clope nerveusement, grattant le sol du bout de l’ongle.
- Ca va, Tatsuya, enchaîna le garçon aux cheveux noirs.
- Je comprends pas… Je veux dire. T’avais toutes les filles à tes pieds, et du jour au lendemain, t’as… t’es…
- Dis-le, allez, joua Kae en l’incitant.
- Devenu homo, cracha Tatsuya.
Un léger sourire éclaira le visage pâle du leader, se penchant en arrière. Ils étaient toujours devant la porte, comme deux abrutis.
- Je l’aime vraiment, Tatsuya.
- J’arrive pas à comprendre, insista l’autre, ne voulant pas entendre.
- Comment faire simple… C’est différent pour chaque personne, hein. Yukito me maîtrise. Il se fout de mes origines, de mon sang, de mon argent. Bon, j’avoue, j’ai l’impression parfois que c’est que pour mon cul qu’il loge chez moi. Mais c’est rare.
Tatsuya s’étrangla, provoquant l’éclat de rire de son ami.
- J’avais besoin d’un mur, Tatsuya. Qui me dise stop, qui s’amuse de ma force et critique mes faiblesses. Les gens sont soit faux-cul, soit trop coincés pour être sincères.
- Mais c’est un mec.
- Oui, c’est un mec, termina Kaerizaki.
Le silence retomba, les enveloppant lentement sous les étoiles alors que le batteur des Bad Mint faisait irruption dans le jardin.
- Tu joues la fille…
Kaerizaki tourna brusquement le visage vers son compagnon, explosant à nouveau dans un rire sonore. Voilà où était le problème alors ? Le brun envoya un coup de poing à son chanteur, alors que ce dernier se tenait les côtes, les larmes aux yeux.
- T’es vraiment con, Tatsuya, vraiment con !
- Ta gueule !
Shika approchait, faisant escale dans le jardin illuminé par quelques lampions ronds.
- Il n’y a pas de jouer la femme ou l’homme.
- Mais il te sautait !
- Et alors ? C’est comme pour les mangas yaoi, uke, seme, ça existe pas, annonça Kaerizaki. Enfin, en théorie.
- En théorie ?
- Yukito… murmura-t-il en se grattant la joue, prend au sérieux ces conneries. Il est très.. immature dirons-nous, sur certaines choses. S’il m’entend il me tue, ajouta-t-il en riant.
Tatsuya leva les yeux, la voix bruyante de Shika ayant percuté ses oreilles. Devant eux, le bonhomme de vert vêtu semblait excité au possible. Se trouver dans un environnement inconnu paraissait le réjouir au plus haut point. Et là, sans qu’il ne se l’explique, il vit un personnage aux oreilles pointues, portant une tunique verte et à ses côtés, une petite fée voletant en l’engueulant à chaque geste.
- Allez, on rentre. Je vais te montrer ma demeure, s’exclama Kae en se levant, s’adressant à Shika. Bienvenue.

Shika regarda autour de lui en se tordant doucement les mains. Il n’avait jamais vu un manoir comme celui-là… Sa maison à lui était un vrai château japonais avec 5 étages, dont un lui était réservé… Son jardin faisait environ cinq fois la taille du sien, mais celui de Kae avait un petit quelque chose en plus… Apparemment, celui du chanteur des Dolce Alba était construit avec amour… Le sien… Il ne savait le décrire, mais il semblait trop strict maintenant… Trop sévère, avec ses arbres bien taillés tous les jours et énormes, ses plantes qui n’en finissaient pas mais qui n’avaient aucune âme… quand Kae l’invita à entrer, il fronça les sourcils.
- Nous devions aller retrouver Grim et Cana non ? Que fait-on dans cette bâtisse ?
- Tu ne m’as pas écouté avant, Shika san ? Ils nous rejoignent, déclara gentiment Kae en s’inclinant poliment. Cesse de t’inquiéter pour tes amis.
Shika se gratta la tête… Il commençait vraiment à s’inquiéter pour eux. Mais devant le sourire rassureur de Kae, il soupira d’aise. Shika entra dans le manoir et, dans un cri très personnel à lui-même, tomba sur le sol. Il se releva doucement en se grattant les fesses.
- Aieuh !
Il mit soudain son pied sur le sol et rit.
- Ah ça me rappelle à Tomuchan, ma demeure secondaire ! Je pouvais patiner sur le sol ! C’est grâce à ça que j’ai pu devenir l’un des meilleurs en pâtins à roulette dans les courses de rue ! C’était Grim qui était content de m’avoir dans son équipe !
Et Shika rit en enlevant ses chaussures. Il fit alors glisser ses pieds sur le sol, comme s’il avait des pâtins à glace. Visiblement, Shika était à l’aise dans cette demeure. Il esquiva quelques colonnes, riant en voyant Tatsuya lui gueuler dessus de faire gafe à un vase. Tatsuya hurla encore en le voyant foncer contre un mur. Même pas surpris, le lutin posa son pied contre le mur et fit une pirouette en arrière, atterrissant sur ses pieds et se frottant la veste, l’air de rien. Il retourna près du garçon aux cheveux noirs et celui aux cheveux bruns en riant.
- Gomene, gomene ! Je me suis laissé emporter ! Dis voir Kae-san, j’ai cru voir des tableaux connus dans cette pièce ! Je ne pensais pas que tu aurais le 2e exemplaire de ce tableau-ci !
Shika pointa en direction d’un tableau aux couleurs douces. Il y avait une jeune femme dessus, de dos, qui fixait l’océan d’un regard taciturne. La mer semblait déchaînée.
- Je sais que son auteur, je ne me souviens plus son nom, avait fait deux tableaux identiques et que le 1er a été acheté par mes parents à une somme exorbitante ! Une somme avec cinq zéros à la fin il me semble… Bon c’est pas grande chose pour mes parents d’après ce qu’ils ont dit… Ils ont même rajouté que grâce à cette somme, l’auteur avait pu vivre de nombreuses années sans avoir à se souci d’argent… T’as bien de la chance d’avoir un tableau pareil en ta possession !

Les deux garçons restant, vissés devant la porte, observaient Shika faire l’idiot dans le corridor. Tatsuya s’emporta soudain, hurlant des insanités envers le lutin, lui intimant l’ordre de faire attention aux choses qui l’entouraient. Kae, quant à lui, fronçant les sourcils, se gratta la joue, perplexe. D’un coup du pied droit, il ferma la porte. Ôtant sa veste, les mots du petit brun le firent tiquer. Tatsuya remarqua sa réaction et enlaça le lutin, l’emmenant dans le vaste salon.
- Va voir si ton Yukito est réveillé. Je m’occupe de lui, aboya-t-il.
- Bien.
Shika riait en se faisant entraîner au salon. Il fixa soudain Tatsuya en souriant amicalement.
- Dis voir, tu es de quelle famille toi alors ? Kae semble super riche, mais et toi ?
Le brun, crispé, voulait se passer les nerfs sur une cigarette. Ce garçon lui tapait royalement sur le système. Directement liée à l’immense salon, une cuisine américaine lui offrit le luxe de se servir à boire.
- Tu veux un truc ? demanda-t-il brusquement. Je suis d’une famille merdique, qui vaut même pas la peine d’être énoncée. D’autres questions ? Et évite de parler de famille avec Kae…
Shika le fixa et s’assit sur la table de la cuisine en tailleur, observant Tatsuya qui buvait en face de lui.
- Une famille merdique ? Je ne pense pas non… La mienne aussi est très étrange… Ils sont toujours occupés à mettre leurs masques sur le visage et paraître ce qu’ils ne sont pas vraiment… Moi je n’ai jamais voulu être quelqu’un d’autre et j’ai trouvé Grim et Canaan qui m’ont accepté tel que je suis… Pour moi, eux tous sont ma famille, car ils m’ont permis d’arriver jusqu’ici et de devenir ce que je voulais vraiment ! Je ne pense pas réellement tu ne veuilles pas en parler… C’est grâce à eux que tu as pu entrer à Dolce Alba non ?
Puis Shika se leva et lui donna une tape sur la poitrine.
- N’oublie jamais que tout est important dans la vie… Chaque rencontre, chaque événement, chaque rêve… Il en est de même avec Kae, j’en suis sur…
Tatsuya haussa un sourcil pendant que le jeune Shika lui racontait sa vie. Il recula d’un pas, se penchant sur le lavabo pour se laver le maquillage autour des yeux.
- T’as pas besoin de me faire la morale, trancha-t-il, dos à Shika. On doit forcément mettre un masque. On vit dans une putain de société de faux-culs.
Se redressant, il foudroya le batteur des yeux.
- Tu ne connais pas Kae. Alors arrête d’essayer de le psychanalyser. Tu veux à boire ou pas ? enchaîna le brun, s’appuyant contre le frigo.
Shika le fixa, puis il donna une tape sur la tête de Tatsuya. Ce dernier allait s’abaisser sous le coup, mais Shika lui entoura le cou de son bras.
- Grim était comme toi aussi… « Oh quelle société pourrie ! », « je hais le monde »… Putain ce masque vous le mettez parce que vous en avez envie, non pas parce qu’on vous force ! Alors arrêtez de subir et agissez !
- Mais de quoi tu parles ? aboya Tatsuya en se dégageant de l’emprise de Shika. Tu crois tout connaître, mister perfection ? Toi qui vient de je sais pas trop où et qui se permet d’afficher ses goûts de luxe exubérant en gueulant que si on veut on peut ? Allez, bois et ferme-la. Des idéalistes comme toi, ça court les rues.
- Et c’est en étant idéaliste que tu vas progresser, pauvre idiot ! Regarde Shiroi ! Shiroi a commencé dans la rue aussi, mais il n’a jamais fait ce que les autres voulaient et a su se donner les moyens pour arriver jusqu’ou il est ! Shiroi est lui-même sur scène et dans la vrai vie et c’est ce qui fait son charme nom d’un chien ! Grandis un peu !
Et Shika l’abandonna là, revenant sur ses pas, glissant sur le pavé du couloir. Tatsuya resta là un moment, puis grogna, ouvrant la porte coulissante du salon qui menait directement à un large balcon. Shiroi, Shiroi, ce nom lui sonnait vaguement familier. D’un coup, il éclata de rire. Bruyant, cassant, désespéré, il dû s’accrocher à la barrière. Cela ne servait à rien de parler avec quelqu’un qui n’a pas vécu la rue, vécu le malheur. « Crétin ! » hurla-t-il aux ombres. La nuit profonde enveloppait depuis longtemps ces lieux et en face, se dressait un immense building moderne, où quelques lumières faiblardes jouaient sur les étages. Tatsuya s’alluma une cigarette, écumant de rage… A part ceux qui se sont trouvés dans la merde jusqu’au cou peuvent comprendre. Ceux qui prétendent détenir la vérité en ayant été choyés toute leur vie dans des draps de soie, cajolés par des parents affectifs, ne peuvent pas saisir la profondeur de cette amertume. Et les gens comme Shika, prétentieux aux mains propres, lui tapaient royalement sur le système.
- Kae s’est embourbé pour comprendre, pas comme ce crétin de fils de riche. Avec son argent, il se permet tout. Qu’est-ce qu’il imagine ?
Tatsuya tira sur sa clope.
- Il doit s’envoyer en l’air maintenant. Ah, ces pédés sont dégoûtants… murmura-t-il, sourire aux lèvres.
D’un coup, au loin, des phares aveuglants déchirèrent le manteau pesant de l’obscurité. Akira et Hideaki étaient de retour.

- Yuki ? Tu dors ?

Nouveau
____________________________________________________________________________________
Le jeune homme se pencha au-dessus du tas de couvertures, observant la créature qui s’y terrait avec une certaine crainte. Sa méfiance fut fondée : l’homme dormant dans son lit l’empoigna et le renversa. Kaerizaki ne sut plus où se trouvait le plafond et le sol, plongé dans la pénombre, il atterrit sur le matelas moelleux, rebondissant légèrement. Ses lèvres s’entre-ouvrirent, le temps de quelques secondes pour lâcher une note unique, avant que la bouche du rouquin la scelle longuement. Sans un mot supplémentaire, son amant les couvrit, arrachant presque les vêtements du plus jeune pour se jeter sur lui, pour le dévorer.
Quelque chose de brutal et primaire. Dur, violent. Dans le silence, ponctué par des soupirs. Gémissements. Râles. Et encore, encore, les draps se froissent, les gouttes de sueur se mêlent. Ah, plaisir. Intense. Des coups de butoir, toujours plus loin! Et la seule manière de dire "je t'aime".

Le brun ouvrit doucement les paupières assombries par du crayon et du rimmel ; maquillage inquiétant du concours. La respiration lourde, les traits foncés striant ses joues, il se fourra dans les bras forts du rouquin, lui mordant l’avant-bras. Une claque sonore le fit geindre, suivie d’une phrase dans le genre « on devait finir ce que l’on avait commencé là-bas ». Yukito le serra contre lui, s’accrochant comme une pieuvre à son rocher. Cette possessivité presque puéril plaisait au Shina, qui ne se gêna pas de lui colorer la poitrine avec les restes de son maquillage. Là, isolés de tout, cachés sous les couettes chaudes, ses jambes entrelacées dans les siennes, son souffle chaud contre sa nuque, son odeur musquée enivrant ses sens, Kae en oubliait même ses manigances.
- J’ai pas envie de redescendre, maugréa-t-il, empêchant Yukito de lui pincer les fesses.
- Ne redescends pas, c’est simple.
- J’ai des invités et ça fait un moment que je suis parti.. hm.
- Tu projettes quoi comme plan machiavélique encore ? murmura le rouquin, s’étirant dans tous les sens.
Le brun rit doucement, lui mordant le cou avant de se relever paresseusement. La main de Yukito se posa dans son dos, caressant du bout des doigts une longue trace rosâtre qui lui barrait les omoplates. Fermant les yeux, le jeune homme se laissa faire, jusqu’à ce que ces cajoleries se transforment à nouveau en agressions ; les ongles dans sa peau blanche creusaient ses anciennes blessures. Il poussa un soupir, s’asseyant au bord. Il grogna une excuse – laver le maquillage et le sperme – pour pouvoir se libérer. Malgré cela, le rouquin se percha contre son dos, continuant ses inspections. Précis, ses doigts retravaillèrent le torse de Kae, comptant une à une les autres marques. Ah, qu’il aimait ce corps mutilé ! L’index frôla une incision le long des côtes du chanteur, bizarrement plus précise que toutes les autres. Un Y. Il croqua l’oreille de son amant, descendant son doigt. Un U. Sa langue se glissa à l’intérieur, déviant contre la joue giflée par ses soins un instant avant. Un K. I.
- Tu es vraiment mignon, Kae. Tu ne résistes pas ? se moqua le rouquin.
- Plus la force, répondit son amant en frissonnant.
- De toute manière tu m’es soumis. A moi corps et âme, mh. En ce moment tu n’as pas le droit de te rebeller.
Ce à quoi Kaerizaki répliqua par un sourire satisfait. T. Et enfin, un O.
- Il va falloir refaire ça, murmura l’homme aux cheveux courts.
Kae grogna, excité mais mécontent en même temps. Puis brusquement, Yukito le souleva pour le jeter sur son épaule, direction la salle de bain derrière la porte interne de la chambre. Il marchait au rythme des claques contre ses fesses, infligées par un gamin aux cheveux ébène et aux yeux émeraude qui savait pertinemment ce qu’il risquait en faisant cela.
_____________________________________________________________________


Nouveau


Shika soupira derrière le jeune garçon et croisa les bras sur sa poitrine. Décidément, les gosses ne comprennent jamais rien à rien… On sonna soudain à la porte et Shika sauta sur place, changeant complètement de caractère.
- Ils sont là !! Cana !! Grim !!

Tatsuya frissonna lorsque Shika se mit à hurler comme un psychopathe, se tournant doucement pour voir ce qu’il se passait. Le jeune homme en vert courut comme un dératé et ouvrit la porte dans un bond, sautant sur le premier venu qui n’était autre que… Hideaki. Sous le poids du garçon, Hideaki tomba en arrière sur Grim qui grogna toutes les insultes du monde en recevant contre lui les deux garçons.
- Shika !!
Le blond ne réagit pas, enfermant dans ses bras par réflexe la boule électrique qui venait de l’agresser. Shika ouvrit les yeux et fixa Hideaki. Il rit soudain et se releva, s’excusant. Il aida alors le garçon à se relever et éclata de rire en voyant Grim se relever tout seul. Il sentit un regard noir derrière lui et observa Canaan. Ce dernier lui jetait un regard outragé et obscur, indiquant qu’il allait certainement le tuer prochainement. Shika eut une sueur froide et recula un peu.
- Cana… Ca ne va pas ?
Ce dernier grogna quelque chose, puis prit par la main Hideaki et rentra dans le manoir. Shika ne comprit pas et fixa Grim, les joues roses et l’expression d’un idiot sur le visage.
- Grim ! Mon ami !!
Il bondit sur le dos de Grim et pointa son bras vers l’avant. Grim soupira, mais lui raffermit les jambes autour de sa taille.
- Tu es drôlement en forme ce soir, Shika…
- Pourquoi Cana a pris la main d’Hideaki et pas la tienne ?
Grim hésita à foutre par terre le tant nommé lutin, mais se retint de justesse.
- Cana est peut-être tombé amoureux de lui…
Grim sentit le garçon enfoncer d’avantage son humeur dans les abîmes, mais s’avança vers la maison sans un mot.
- Il ne t’aime plus ?
Grim serra les dents, puis tourna son regard noir vers lui.
- Ta gueule, le nain de jardin !
- Ahaha ! Ca faisait longtemps que tu m’appelais plus comme ça !

Akira observait la scène, un peu en retrait, ne sachant pas comment prendre les évènements. En voyant la réaction de Canaan, un faible sourire fendit son visage. Il semblerait que tout aille dans le bon sens… Refermant la porte, il s’excusa gentiment, plongeant sa main dans les poches de sa veste. Il devait appeler chez lui, et avertir sa chérie qu’il ne rentrerait pas cette nuit.
Shika, à côté, toujours sur le dos de Grim se laissa tomber un peu en arrière.
- Tu appelles qui ?
- Arg ! Shika, fais gaffe ou je te laisse tomber, compris ?!
Shika rit et lui tira les joues tout en fixant Akira, espérant une réponse…
Ce dernier gesticula, articulant de manière à ce que le lutin le comprenne : « Co-pi-ne ». Et le regard de Shika s’assombrit.
- Ah… Ca me rappelle ma fiancée…
Hideaki se faisait trainer, observant en silence le garçon aux cheveux bleus. Canaan se rendit soudain compte de la situation et rougit violemment. Du point de vue d’Hideaki, on aurait dit que de la fumée surgissait du bleuet. Qu’est-ce qui lui avait pris exactement ? Il ne le savait pas, mais ayant vu Shika dans les bras du blond, il son caractère se muta brutalement… Lui et son foutu caractère… Sûrement que le blond le trouvait étrange maintenant… Passant à côté du canapé, Hideaki se laissa tomber sans autres cérémonies, entraînant le chanteur à sa suite, en se délectant du petit cri de surprise du garçon aux cheveux bleus, son visage complètement inexpressif. Un grognement lui indiqua que Tatsuya venait de rentrer. Canaan fixa le guitariste des Dolce Alba, mais en voyant son regard noir, sembla se tasser sur lui-même et réfugia son visage contre la poitrine d’Hideaki.
- Alors, il s’est passé quoi ? demanda Tatsuya sur son ton habituellement bourru.
- Bah… commença le batteur de Dolce Alba. Je t’explique…
Et il se lança. Sa voix monocorde et son ton lent finirent par énerver le brun, qui, d’un pas précipité, s’empressa d’aller questionner l’homme aux chaînes, occupé à expliquer à sa copine qu’il allait fêter le concours chez les Shina, plutôt que d’aller souper avec elle dans un restaurant.
A présent calme, Hideaki resserra son emprise sur Canaan, toujours étalé sur lui. Le bleuet ouvrit de grands yeux en sentant la main du blond sur son dos, le carressant doucement. Il releva son visage, sur le point de lui demander ce que sa patte faisait là, quand il rougit soudain. Le blond lui lançait un sourire carnassier et ça le gênait péniblement. Il lui souffla doucement dans l’oreille, la lui mordillant quelques secondes après. Et Canaan sursauta en gémissant et saisissant son oreille.
- Ahh !
Le chanteur se crispa en entendant son propre petit cri de plaisir. Il plongea sa tête contre la poitrine du blond, se maudissant. Il avait été perverti…
- Tu es possessif… ? murmura en ricanant Hideaki.
Canaan ouvrit de plus grands yeux et tira sur le pull de Hide, se couvrant entièrement le visage. Il grogna un petit truc que Hide trouva adorable et ne bougea plus.
Les dents du jeune homme aux yeux glacés s’amusèrent contre la nuque où quelques mèches bleues s’attardaient lorsque leurs compagnons d’armes entrèrent. Akira, bouteilles en main, s’avança juste derrière… Un Shika chevauchant la bête enragée qu’était Grim. Et le visage du blond fut éclairé par un sourire satisfait. Tandis que celui de Grim s’effritait.
- Lâche-le, le blond décoloré ! Cana, viens ici ! On ne sait jamais avec ces bêtes-là…
Grim s’avança vers lui. En voyant Cana, le roux saisit le bleuet par col, puis le tira en arrière. Il prit alors le lutin par le col aussi et tenta de le mettre à la place de Cana. Mais il n’avait pas prévu que Hideaki ne lâche pas le chanteur de Bad Mint. D’un mouvement souple, il roula sur Canaan. Ce dernier se retrouva sous le corps fin du blond, seul à seul avec les yeux bleus et absents du batteur de Dolce Alba. Canaan resta complètement paralysé et observant les alentours à la recherche de quelqu’un pour le sauver. Un poids s’abattit soudain contre le blond, et lentement, Hideaki releva le visage.
- Fais-toi les dents là-dess… Lâche-le de suite !
- Eh oh Grim ! Je ne suis pas une marchandise !

Ignorant les jérémiades des enfants derrière lui, le batteur s’installa entre les cuisses de Canaan, posant son visage au creux de son cou, demandant grâce.
- Ils sont bruyants… chuchota-t-il plus pour lui-même.
Vu que le garçon ne semblait pas réagir, ses doigts fins attrapèrent le visage à quelques centimètres de lui. Il lui tourna doucement le visage, portant son poids sur le bras valide de Canaan. Appuyant contre les joues pour qu’il ouvre les lèvres, il y glissa sa langue. Canaan rougit encore plus, si vraiment c’était possible et ferma les yeux. Il se laissa soudain couler et apprécia les quelques secondes avant qu’il n’entende un énrome cri de rage. Il rouvrit les yeux pour voir un Grim avec une aura noire autour de lui. Il le fixait comme s’il allait le tuer dans les quelques minutes qui allaient suivre.
- CAAAANNNNNNNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNN !!
Akira, qui vaquait à ses occupations, déplorait la scène qui se déroulait devant ses yeux. Secouant la tête, il se dépêcha de sortir les bières du frigo ainsi que quelques verres. Dans son coin, Tatsuya ouvrait les bouteilles de vodka et différents alcools que le rouquin aux cheveux pointus s’était procuré.
- Je savais pas que le schtroumpf puceau était le type d’Hideaki…
- Le quoi ? répondit Akira en se tournant vers le bassiste.
- Mais ouais, Canaan, grogna Tatsuya.
Le rouquin le jaugea en silence, ne sachant pas s’il devait rire ou pas.
- Je ne pense pas que cela vienne directement de lui, finit-il par avouer.
- Bah, on dirait qu’il prend son pied, acheva Tatsuya.
Canaan essaya de faire lâcher prise Hideaki, mais il dû se l’avouer, le baiser du garçon était… Savoureux… Et il referma doucement les yeux… Quand il les rouvrit, Grim avait son visage près du leur.
- Je vous dérange pas, j’ESPERE…
Il saisit l’oreille de Canaan et le tira de côté. Canaan grimmaça de douleur et dû se dépêcher de suivre le roux qui râlait de toute son âme. Shika les vit partir et sourit perversement à Hide.
- Il te plait bien notre petit chanteur hein ?
Le blondinet ne lui répondit pas, trop occupé à se masser les oreilles, à moitié sourd suite au hurlement démoniaque de Grim.
Shika rit de bon cœur et soudain se mit à reniffler.
- Oh… Ca sent… La… Vodka…
Il se sentit instinctivement attiré vers la bouteille que Tatsuya avait à la main. Quand il arriva, il la lui arracha des mains et commença à la vider goulûment.
Le guitariste observa les gens autour de lui s’agiter comme des fourmis, n’ayant pas le temps de verser dans un verre le liquide précieux qu’il avait à la main qu’un rapace l’attaqua presque. Il laissa couler, perplexe. Se tournant ensuite vers Akira, sourcils froncés, il le questionna.
- C’est dégueulasse ce qu’il se passe ici ! Ca te fait rien ? râla-t-il.
- Je dois avouer que j’en ai eu des frissons en voyant la scène, avoua le rouquin hérisson en ricanant.
- Ils sont tous homos ici ? poursuivit Tatsuya, se tournant vers Shika. Toi aussi t’es de ce bord là ?
Shika s’arrêta de boire et failli s’étouffer. Il toussa comme un perdu et fixa Tatsuya, des larmes de douleur aux yeux.
- Moi ? Homo ? Nan… J’ai… Une fiancée…
Le ton de la voix de Shika semblait stressé et plein d’angoisses. Shika observa la bouteille à moitié vide, puis la leva devant ses yeux.
- Ouah ! C’est moi qui l’ai vidée ainsi ?
Pendant ce temps, Tatsuya fronça les sourcils, un air interrogateur se forgeant sur son visage d’adolescent.
- Ca veut rien dire tu sais. Kae sortait facilement avec des filles et un jour on a apprit que…
- C’est bon, Tatsuya, le coupa Akira sans le regarder.
- Bon, oui ça se dit pas. Mais voilà, poursuivit le jeune, assez embarrassé. Et t’as l’air vachement heureux d’avoir une fiancée. Genre fille de bonne famille imposée ?
Shika le fixa, incrédule.
- Comment tu as su ?
Il rabaissa son regard et continua de vider tranquillement la bouteille.
- Ce n’est pas que je ne l’aime pas mais…
Shika rabaissa sa bouteille vide et soupira.
- Mais elle a failli me tuer ! Elle m’a fait ligoter sur son lit par seize hommes balèzes, puisque quatre ne suffisaient pas, et m’a chatouillé jusqu’à ce que j’accepte d’être son fiancé ! J’ai failli me tuer avec ça ! Quand tu la vois te torturer avec un sourire angélique plaqué sur le visage, ça marque ! Honnêtement, si elle est comme ça à douze ans, je n’ose pas l’imaginer à dix-huit ans…
Et Shika semblait l’homme le plus malheureux au monde, sous le regard effaré de Tatsuya. Ce dernier ne savait pas s’il devait le prendre au sérieux ou éclater de rire.
Akira attrapa la seconde bouteille, servant dans les verres. Il lança un coup d’œil au membre des Bad Mint, réprobateur.
- J’espère qu’ils vont se calmer, murmura-t-il.
Soudain, un bruit se fit entendre des hauteurs. Des pas résonnèrent sur les escaliers. Les trois garçons de Dolce Alba sortirent la tête dans le corridor, voyant leur leader arriver calmement, s’aplatissant les cheveux contre son crâne. Il se massait les poignets.
- Kae… Yukito a décidé de dormir ? demanda poliment Akira.
- Oui…
Lentement, Hideaki passa un bras autour des épaules de son compagnon, lui faisant un clin d’œil. Le sous-entendu passa immédiatement.
- Tu veux boire quelque chose, Kae ? grogna Tatsuya.
- Du coca, je meurs de soif… et pourquoi Grim et Canaan se gueulent dessus ?
- La faute à Hide, il arrive pas à tenir sa queue en place, balança Tatsuya. Note, on est entourés de… ah pardon, Kae.
Le jeune homme aux cheveux noirs lui balança une droite contre l’épaule, plus pour le symbole que par réelle intention de blesser. Il se détacha de son groupe, allant rejoindre les deux invités dans le couloir, toujours occupés à s’engueuler.
Canaan observa Grim avec rage.
- Je fais encore ce que je veux, Grim !
- Ouais, je vois ça… Mais si t’as l’intension de coucher avec n’importe qui, fais juste gaffe à ne pas salir le nom du groupe !
Canaan se tut. Il avait une envie folle de giffler ce muffle devant lui mais se réavisa. Pour Grim, le plus important était le groupe Bad Mint… Et il savait qu’ils avaient sué sang et eau pour en arriver ou ils étaient arrivés… Il se gratta doucement la tête tout en fixant le sol, l’air boudeur…


Dernière édition par Kaerizaki Yume le Ven 1 Jan - 21:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alexandmisty.forumactif.com
Kaerizaki Yume
Admin
Admin
avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 02/12/2009
Age : 29
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Nom du personnage: Kaerizaki
Age: 19 ans
Love - relations: Amant de Yukito

MessageSujet: Re: Chapitre 4 d'Hysteria en avant -première   Mar 29 Déc - 13:58

- Oui… Je sais… Pardon…
Grim se gratta la tête à son tour. Il regarda Canaan qui semblait vraiment désolé. Il se mit alors à contempler le sol… iI ne pouvait pas dire à Cana comment le groupe avait connu sa notoriété… Il ne devait jamais l‘apprendre… Quand les deux êtres entendirent la voix de Kae, les deux se tournèrent vers lui. Cana s’avança en premier et s’inclina poliment.
- Venez dans le salon, s’il vous plait. Et bonsoir, Canaan. Tu as l’air d’aller mieux. Sussura-t-il avec le sourire.
- Je ne vous remercierais jamais assez pour ce que vous avez fait pour moi… Kae-san… Merci beaucoup… déclara Canaan.
Le chanteur de Dolce Alba observait la scène, un ravissement intense lui brûlant l’estomac. Il aurait pu en jouir. En silence, le brun attendit sagement qu’ils finissent leur discussion. Lorsque Canaan s’inclina, il lui rendit la politesse. Kae paraissait encore déconnecté de la réalité, des mouvements lents, un regard perdu dans le vague. Il bâilla discrètement.
Grim avait regardé son meilleur ami agir, puis jeta son regard sur Kae. Il leva un sourcil… Non décidément, quelque chose clochait avec ce garçon aux cheveux noirs… Ce sourire… N’était pas sincère… Grim vit Canaan le suivre et le rattrappa rapidement.
- Juste une chose encore, Cana… Ne confonds pas amour et sexe… Ce que veut ce gars blond c’est sûrement tirer un coup…
Canaan rougit et fixa Grim, gêné.
- Grim, t’es un pervers finalement…
- Comme tous les gars… Toi aussi tu le deviendras… quand quelqu’un te dépucelera.
Grim rit et s’avança tandis que Canaan hurlait de gêne derrière lui.
- Sale mufle !
- Merci du compliment, Cana… Moi aussi je t’aime…

En voyant le petit bleuté réapparaître dans le salon, Hideaki se percha sur ses épaules, lui tendant un verre. Un air enjoué, il devait en être à son troisième.
- Vodka noire, red-bull ! Akira est un vrai pro ! Il voulait quoi ton ami ?
Canaan regarda la boisson que lui tendait Hideaki et lui sourit tendrement.
- Rien de bien important… Il se prend pour ma mère, c’est tout…
Il ne savait pas pourquoi, mais le blond semblait le calmer. Il se sentait bien en sa présence… Ou plutôt, il était bien dans ses bras… Doucement, le blondinet lui souffla dans le cou, l’entraînant sur le canapé. Canaan lui emboîta le pas, main dans la sienne.

Kae, appuyé à l’entrée du salon, croisa les bras. A ses côtés, le guitariste Grim fusillait le blond, trop insistant certainement à son goût. Il haussa un sourcil.
- Grim, c’est ça ? Tu es très inquiet pour ton pote. demanda-t-il, laissant courir le sous-entendu.
Grim sursauta en entendant son nom être prononcé par le chanteur. Arg ! Qu’il détestait être appelé par le noiraud ! Son nom semblait empoisonné dans sa bouche… Sûrement que Kae le détestait pour que son nom sonne si horriblement… Grim hésita à jouer aux hypocrites, puis se décida à être franc… Si vraiment Kae était comme il le pensait, ça ne valait pas la peine qu’il rentre dans son jeu…
- La chasteté de Canaan ne regarde que lui… Ou si tu préfères… Ses fesses sont bien là où elles sont… SAUF QUE LA HIDE POSE SA MAIN DESSUS !!!
Et Grim recommença à fumer de rage…
Sincèrement, Kaerizaki se mit à rire. Il trouvait les crises de Grim absolument délicieuses, et regretta presque que son homme ne soit pas aussi expressif. Il le retint, avant que le guitariste ne fonce sur le couple en formation. Haussant les épaules, il s’accroupit, son menton au creux de ses mains.
- Il fallait t’y attendre. On ne garde jamais indéfiniment les personnes qui nous sont proches, murmura le chanteur amèrement.

En entendant un hurlement, Hideaki resserra son emprise sur lesdites fesses qu’il admirait dans les magasines, tirant la langue à Grim, qui lui, paraissait bouillir de rage.
- On va jouer, déclara le blond en dressant l’index devant le visage du bleuté. On verra si tu es propre.
D’un geste sec, il versa le contenu de son verre dans sa bouche, prenant le menton de Canaan en même temps. Se penchant au-dessus de lui, pressant contre les joues de son prisonnier pour écarter ses lèvres, il l’embrassa langoureusement, laissant la vodka s’écouler dans son gosier. Sa langue se mêla au jeu, explorant la cavité de Canaan alors qu’il se pressait contre lui. Le garçon sentit le liquide amer traverser sa gorge et il gémit comme il put dans la bouche du blond. Tremblant sous la chaleur de l’alcool qui ne semblait pas s’arrêter de couler lentement dans son gosier, avec un léger filet coulant sur sa joue vers les doigts de Hide, le bleuet se raccrocha au gilet du blond, lui encerclant la taille et se collant à lui comme un noyé à sa bouée. Apparemment, il n’arrivait plus à respirer sous la force du liquide. Lentement, les yeux glacés du blond se relevèrent, plantant son regard absent sur le brun à l’entrée du salon, calmement. Grim le fixa un moment, puis sourit sadiquement. Son corps se déplaça, se projetant en avant dans l’intention d’arrêter tout ce cirque. Brusquement, il trébucha et, dans son élan, saisit le bras de Cana. Il s’effondra au sol, entrainant le bleuet à sa suite. Quand Grim en pris conscience, Cana était au-dessus de lui, ses lèvres près de son oreille et il toussait doucement. Le guitariste se retourna doucement et allongea son ami sur le flanc.
- Ca va aller, Cana, respire doucement…
Grim fixa avec colère le blond et lui fit des signes comme à un chien.
- Shoo shoo ! Va-t-en, toi oiseau de malheur ! A part la bière légère, Canaan ne supporte pas l’alcool !
Mais Cana sembla se stabiliser, respirant profondément, la main sur sa gorge brûlante. Hideaki haussa les épaules, un petit sourire en coin.
- Tu le surprotèges un peu trop je trouve, envoya le jeune homme aux lunettes.
Akira et Tatsuya, ce dernier ayant attrapé Shika au passage, installèrent les boissons sur la table basse du salon. Shika rit doucement, comme à son état habituel, c’est à dire comme s’il n’avait pas bu une bouteille complète de vodka, et sauta sur les épaules d’Akira. Le rouquin se dirigea vers la grande télévision à écran plat, farfouillant dans le petit meuble à côté.
- Nous allons… jouer.

Grim aida Canaan à se relever et ce dernier lui faisait signe que tout allait bien. Il aida le bleuet à s’asseoir et sembla soudain s’énerver en voyant le blond s’asseoir à côté de son meilleur ami.
- Shoo shoo !
Shika fixa doucement les affaires que le rouquin prenait dans l’armoire et se mit doucement à caresser les cheveux d’Akira.
- Dis, dis… On va jouer à quoi ?
Akira réprima un frisson, secouant Shika pour qu’il descende de son dos.
- S’il te plaît, évite de me faire ce genre d’attouchements. Je préfère les femmes, murmura-t-il, un sourire crispé au bord des lèvres.
Shika soudain blémit et le lâcha. Il atterrit sur le sol et se gratta la tête, murmurant un « c’est pas du tout ce que tu penses », ou « je suis pas comme ça non plus »… Une fois libre, Akira termina d’installer les affaires. Ses épaules larges cachèrent au reste de l’assistance son projet. Puis, pivotant sur ses talons, il brandit une sorte de télécommande blanche reliée à un joystick.
- On va jouer à la Wii !
- Wiiiiii !!
Et tous fixèrent Cana qui s’était levé et avait poussé ce cri de joie. Le bleuet se rendit soudain compte qu’il venait de hurler à voix haute et rougit.
- Pardon, ça m’a échappé…
Il se rassit, gêné, son bras tenant celui de Gim qui jeta un sourire sarcastique à Hide sans que ce dernier ne remarque avant de caresser les cheveux de Cana qui lui retira soudain la main.
- Bas les pattes !
- Ca fait longtemps que tu veux y jouer non, Cana ?
- Ouais ! J’y jouais quand on allait chez Shika ! ca fait tellement longtemps !!
Et Grim comprit que son autre personnalité venait de se réveiller. Cana se leva et repoussa une de ses mèches derrière son oreille avant de poser un genou sur le fauteuil et d’approcher son visage de celui de Hide.
- Tu verras, je suis très doué à ça…
- Je verrais, répondit Hideaki.
Et il lui posa simplement ses lèvres. Surpris, ce dernier se laissa faire, mordillant les lèvres qui venaient de s’imposer aux siennes. Son regard bleuté, traversant les lunettes allongées se braqua sur Grim, lui rendant l’expression sarcastique. Canaan le fixa un moment, joueur, puis ferma doucement ses yeux verts émeraude, voulant savourer la sensation de bien-être qui le traversait de part en part. Puis, il se redressa doucement et lui fit un clin d’œil taquin avant de se mettre debout. Provoquant, Canaan se dirigea finalement vers Akira.
- Laisse-moi t’aider à monter la machine !
Et Grim se crispa un peu… Visiblement, la vodka lui faisait toujours un sacré effet au bleuet… Tatsuya s’étrangla à moitié en entendant les mots proférés avec ce naturel frappant. Il ne put s’empêcher de brailler une remarque désobligeante.
- Non mais c’est bon, on a compris là ! Tu monteras qui tu veux, mais dégueulasse pas la Wii !
Le silence tomba.
- Ca va, tu te sens pas trop seul, Tatsuya ? se moqua Kae, retenant un fou rire qui grimpait dans son ventre.

Une fois la console installée, les verres remplis et des pizzas commandées, les jeunes se relayèrent à des jeux divers et variés ; passant par le sport, sérieux dans un premier temps (Tatsuya éclata une bouteille de vin lorsqu’il réceptionna une balle d’Akira, et faillit fracasser la wiimote en passant), puis complètement idiots, (Shika essaya d’imiter un lapin qui chassait des cochons enterrés), certains liens se nouèrent. Même Kae sembla se détendre, jetant de temps à autres un regard vers les hauteurs, se demandant si Yukito pouvait fermer l’œil. Hideaki l’observait discrètement, peut-être enviant l’homme dans le lit du brun d’attirer autant son intérêt. Arriva le moment de la danse…
Quatre garçons furent choisis pour participer, s’installant dans le large salon. Hideaki, qui chancelait doucement, Canaan, complètement déchaîné et décoincé, Grim jetant des regards inquiets à Hideaki afin qu’il ne s’aproche pas trop du garçon aux cheveux bleus ainsi que Tatsuya sensiblement ivre se positionnèrent. Et la musique démarra, forte. Chacun se préparait à reproduire les mouvements que le jeu lui indiquait, provoquant les déhanchements furieux des lapins crétins, juges et maîtres de l’épreuve….

Grim grimmaça soudain, comme si une décharge électrique venait de le traverser.
- Mais c’est quoi ce truc ?!
Il fixa Canaan qui semblait complètement déchaîné et essayait de suivre les pas des lapins qui dandinaient les fesses sur l’écran. Il s’effraya en voyant la ferveur avec laquelle le garçon semblait emballé pour ce jeu. Voyant Hideaki fixer lesdites fesses, il jeta un regard noir au garçon blond et s’interposa entre les deux. Canaan lui sourit alors, aguicheur et lui entoura le cou de ses mains.
- Tu ne danses pas ?
Grim allait lui répondre quand il fixa les joues roses de son ami. Il lui saisit ces dernières et les tira, s’attirant des glapissements de douleur du garçon. Il put alors constater que sa voix ressemblait approximativement à celle des lapins sur l’écran…
- Cette danse c’est pour les ivrognes… Et depuis un certain soir, je me suis juré de ne plus boire, tu te rappelles ?
Canaan lui jeta un sourire séducteur et lui fit des petits cercles avec son doigt sur sa poitrine.
- Méééeeeuuuuhhh… T’es pas drôle…
Le bleuet fixa alors le blondinet et lui fit le même sourire charmeur.
- Et toi beau blond, tu veux bien m’accorder cette dance ?
Gri vit son meilleur ami le lâcher et aller doucement vers l’autre garçon… Il regretta de ne pas avoir sa guitare sous la main… Il l’aurait bien éclatée sur ce batteur bigleux… Il jeta alors son regard vers Tatsuya et dégluttit péniblement… Visiblement, cette danse lui était destinée…
Contrairement à Grim, Hideaki ne se fit pas prier deux fois. Il se leva brusquement, canette de bière à la main qu’il déposa sur la table basse. D’un mouvement rapide, ses mains volèrent les manettes du guitariste de Bad Mint, lui faisant un clin d’œil.
- Dommage, murmura-t-il.
A côté, Kaerizaki fit son entrée, ayant récupéré les affaires de Tatsuya pour la partie. Il carburait au coca, et voir cette ambiance de débauche l’amusait au plus haut point. Tout allait pour le mieux. Poussant gentiment Grim, il se positionna devant l’écran plasma accroché au mur.
- Qui est le quatrième ?
En voyant rappliquer Shika, il retint son envie de meurtre.
Et un, deux, trois ! Lever le bras en l’air ! Frapper les cuisses ! Se baisser, remonter, se baisser ! Déhanchement… Les lapins semblaient en pleine transe. Les quatre artistes s’amusaient comme des gamins, éclatant d’un rire tonitruant devant leurs attitudes complètement ridicules. Se baisser à nouveau, déhanchement, lever le bras, le baisser, le lever, mouliner l’air devant leur visage ! Kae, sensuel d’un côté, Hideaki, rentre-dedans de l’autre, entouraient le jeune Canaan, le draguant ouvertement. Et enfin, le verdict final... Le bleuté remporta la danse.
Alors qu’ils passaient les manettes, Hideaki fit un clin d’œil que seul Kae remarqua. Ce dernier hocha la tête, un sourire aux lèvres.
- Canaan, ça te dirait d’aller voir ailleurs ? murmura le blond, au creux de son oreille.

Canaan tressaillit quand ces mots pénétrèrent en lui par son oreille. Son ventre sembla s’embraser. Il fixa Hideaki et le saisit par la taille, mettant sa tête sur son épaule.
- Je ne sais pas… Je ne me sens pas très bien tout à coup…
Canaan sentait sa tête tourner. Mais il n’y avait pas que ça… Il sentait une douce chaleur envahir gentiment son bas ventre et il se maudissait en ce moment… Grim ne lui pardonnerait jamais s’il savait ça… En ce moment, il n’avait qu’une envie, c’était d’appeler Grim à son secours… Mais il avait vu ce dernier il y a quelques instants réessayer de jouer afin de répondre à la provocation de Shika et de Kae… Il ne savait plus trop quoi faire… peut-être devait-il s’isoler, mais sa tête tournait trop… Et il ne savait pas où aller… Il pensait au blond et à sa proposition et il lui soupira d’aise quand il sentit Hideaki l’entourer de ses mains… Ce dernier le toisa de ses yeux clairs, lubriques, attendant en silence tout en l’éloignant discrètement des gens déchaînés postés devant l’écran.
- Ou irait-on… J’ai besoin de m’allonger un moment je crois…
- D’accord, pas de problèmes, déclara le batteur, haussant les épaules.
Canaan descendit doucement sa main et sans le vouloir, en la ramenant devant, passa devant une énorme protubérance qui semblait bloquer le blond dans son pantalon. Cana rougit soudain et sa tête sembla s’emballer… Il sentit soudain son propre pantalon devanir trop serré pour lui et s’écarta du blond, une main sur la bouche…
Il commençait à paniquer maintenant… Le seul qui lui avait fait cet effet à plusieurs reprises avait été Grim… Et jamais il n’avait osé le lui dire… Grim l’aurais sûrement trouvé dégueulasse… Qu’est-ce que le blond allait penser de lui maintenant… Il se maudit soudain et tenta de partir, dépassant le blond, trop gêné et paniqué…
Hideaki observait les multiples réactions du garçon, et se surprit à ressentir un amusement grandissant. Lui passant un bras autour des épaules, il le poussa vers les escaliers, l’empêchant de s’enfuir. Il ne prononça pas un seul mot durant l’ascension et en moins de deux minutes, les deux jeunes se retrouvèrent dans une chambre. Canaan n’avait pas osé regarder le blond tout au long du trajet. Il fixait à présent la chambre qui semblait somptueuse. Sa tête tournait un peu et il fixa le lit en souriant avec douceur. Hideaki ferma la porte derrière lui. Enfin ils n’étaient que les deux et il pouvait parler librement. S’étirant comme un chat, ses yeux coulèrent sur Canaan qui se laissa tomber en arrière sur le lit énorme au centre de la pièce, innocent et toujours aussi rouge. Canaan se sentait bien, allongé dans ce lit moelleux. Ca faisait drôlement qu’il n’avait pas trouvé un endroit aussi confortable et agréable à vivre… Il ferma doucement les yeux, essayant de calmer sa respiration et de calmer son bas ventre par la même occasion… Le blond s’avança, tel un serpent, sourire érotique aux lèvres.
- Tu es gêné. Tu n’as jamais assouvis tes penchants, mh, remarqua-t-il.
Le bleuet ouvrit soudain de grands yeux et jeta un regard paniqué au blond quand il le vit s’approcher de lui. Il tenta de reculer, mais le blond ne l’entendait pas ainsi. Devant lui, allongé, les cuisses écartées, Canaan plaqua ses mains contre son visage, n’osant proférer mot.
- Je suis désolé…
Canaan ne savait plus quoi faire. Il espérait que le blond ne serait pas trop dégoutté de le voir ainsi. Il espérait que le blond le laisse tranquille pour qu’il puisse se calmer un peu. Mais le batteur s’agenouilla entre ses jambes, retenant la pulsion violente qui le secoua brutalement. Ses mains fines solidement soudées aux cuisses, il avança son visage, embrassant la bosse à travers le pantalon, observant la réaction du bleuté. Canaan sursauta et saisit le blond par la manche de son pull, le repoussant.
- Eh oh eh ! Bas les pattes !
Mais Canaan ne bougea plus à nouveau. Il hésitait… Quand le blond l’avait touché, même au travers de son pantalon, le bleuet avait frémi de… plaisir ? Il ne savait le dire, mais ça avait été agréable… Il jeta son regard rougi sur le blond et, étrangement, se sentit rassuré…
Toujours ce sourire étirant ses lèvres. Manipulation experte, Hideaki glissa la fermeture éclaire de la braguette, remontant sur le matelas alors qu’une main s’enfonçait dans le pantalon.
- Tu sais que tu es vraiment adorable comme garçon ? Et ça, c’est tout aussi mignon, lui murmura-t-il en resserrant sa prise sur le membre.
Canaan arqua son dos en sentant la main experte de Hideaki le toucher. Il s’agrippa au blond et enfoui son visage de côté contre le coussin.
Voyant qu’il ne le rejetait pas plus que tant, Hideaki ne se posa pas plus de questions. Il se baissa contre le bleuté, déposant des baisers contre son visage, sa langue suivant les contours de sa mâchoire. Les vêtements se défirent rapidement, alors que le désire lui griffait le ventre. Quand Canaan sentit son pull lui être enlevé, il frémit de gêne et de plaisir avant de regarder le blond au-dessus de lui, dominant.
- Ne t’excuse pas, ça ne sert à rien. Tu verras, c’est agréable, chuchota Hideaki, lui mordant l’épaule.
Le blond se débarrassa de ses lunettes, les balançant sur la table de chevet à leur droite. Canaan ne bougeait pas, ou presque pas. Sa respiration saccadée, son attitude prostrée et inquiète le fit frissonner de plaisir. Ses longs cheveux blonds accentuaient chaque caresse faite par sa langue, un touché soyeux contre le torse du bleuté. Canaan n’en pouvant plus, gémit doucement avant de mettre sa main devant la bouche, fermant les yeux, voulant savourer le plaisir. La langue humide du batteur fit le tour d’un téton rose durcit, avant que ses dents ne le torturent gentiment. Le bleuet lâcha un râle puissant et saisit soudain le blond à bras le corps et le força à l’embrasser, il n’en pouvait plus… Plus bas, alors que les mains du blond dégageaient les derniers tissus, Hideaki appuya son bassin entre les jambes fébriles de Canaan. Un coup d’épaule pour faire tomber le gilet, remuant ses jambes pour enlever pantalons et caleçon et il dévoila son corps fin, bien dessiné si ce n’est que peu musclé. Parsemant la peau blanche, où quelques cicatrices se faisaient embrasser avec une tendresse sensuelle, de suçons et de marques diverses, Hideaki s’échoua devant le sexe de Canaan. Il se dressait devant son visage, insolent, débordant de désir inassouvi. Griffant l’intérieur des cuisses du bleuté, sa bouche goba les bourses pendant que les doigts fins se resserraient sur la verge, s’amusant des gémissements étouffés de sa proie.
Canaan poussa soudain un cri de pur plaisir quand Hideaki le torturait de la sorte. Le bleuet se cambra, un frisson fulgurant lui électrisant le corps.
- Mmh… Hide, je… Ahhh… Je ne peux… J’en peux plus…

Pendant ce temps, à l’étage inférieur, les délires prenaient des proportions dangereuses. L’alcool largement entamé avant même que les pizzas ne soient arrivées provoquait déjà des malaises. Tatsuya se précipita aux toilettes alors que Shika rampait sur le sol, à moitié abruti, ou plutôt essayant encore d’imiter les lapins à la télévision, car apparemment, il n’était pas ivre du tout… Du moins il ne le semblait vraiment pas, mais étant donné son caractère, il était difficile de définir son état. Kaerizaki et Akira, devant ce spectacle navrant, optèrent pour un jeu plus tranquille et le jeune homme aux cheveux noirs passa un volant à Grim. Il devait le distraire le plus longtemps possible. Les trois, grâce à leur muscles et à leur sobriété, pivotèrent le canapé pour qu’il se trouve bien en face de l’écran et un cri « Youpiii, choose your player ! » leur indiqua qu’ils pouvaient débuter. Akira préféra une immense bestiole, à mi chemin entre la tortue et le dragon cracheur de feu, sur un bolide tout aussi monstrueux capable d’envoyer paître les autres joueurs rien qu’en les frôlant. Kaerizaki opta pour un semblable du monstre, mais tout petit et version « morte », sur une moto en forme de sorcière. Enfin Grim, voyant les créatures choisies par ses rivaux, se décida à se la jouer simple : une princesse à la robe rose avec de beaux cheveux blonds et une voiture rose également et élégante. Kae et Akira le fixèrent un moment et Grim prit une sucette non entâmée qui trainait dans sa poche et, après l’avoir déballée, il la mit entre ses lèvres et leur sourit narquoisement.
- Elle au moins ce n’est pas une chochotte ! elle va vous éclater !
Trois, deux, un et… la porte sonna. Tatsuya, sortant des toilettes, frais et dispo, se proposa pour aller ouvrir. Et miracle, les pizzas attendaient chaudement devant ses yeux avides. Il vida le porte feuille de Kae, laissant dix euros de pourboire (il n’avait pas compté) et réapparu, tel le messie, dans le salon des affamés. Grim fixa la pizza en bavant.
- Pizza napolitaine avec des mergez et des champignons… Ah… Je vous aime Dolce Alba !
Puis, il se tourna pour parler à son meilleur ami quand il remarqua quelque chose d’étrange. A part Shika qui écrivait un sms à toute allure et voyant la mine épouvantée du garçon habillé en vert, il se dit que sa fiancée venait de lui envoyer un message, mais il manquait quelqu’un d’autre.
- Tiens… Ou est Canaan ?

- Tu veux quelque chose, Canaan ? murmura la voix mielleuse et lente d’Hideaki. Je n’ai encore rien fait…
Et son sourire machiavélique en disait long sur ses intentions. Ouvrant ses lèvres, il tira à lui le membre, soufflant sur le gland. Observant longuement Cana, il s’avoua qu’il le trouvait plutôt adorable. Canaan, quant à lui ne trouvait pas cette situation adorable du tout ! Il était au bord de la torture… Tout son corps brûlait et c’était insoutenable… Il jeta son regard humide sur le blond et comprit bien que ce dernier n’irait pas plus loin tant qu’il ne lui demanderait pas en personne de s’occuper de lui. Honteux, il prit le coussin qui était sous sa tête et le mit devant son visage, essayant de cacher sa honte. Au travers de l’oreiller, Canaan murmura quelque chose d’une voix rauque emplie de plaisir et de gêne. Hideaki rit doucement et lui retira doucement le coussin, le forçant à le regarder.
- Je n’ai pas entendu…
Canaan ancra son regard vert dans celui du blond, puis le jeta de côté en grognant un truc dont visiblement lui-même ne comprit pas le sens… Voyant que le blond ne cessait de le fixer, Canaan lui entoura le cou de ses bras et l’attira vers lui.
- T’es sourd ?! J’ai dit ne me laisse pas comme ça et dépêche-toi de me sucer, bordel !!
Et là Canaan eut les larmes au bord des yeux et s’agrippa à lui comme à une bouée.
- Je veux dire… S’il te plait hein ? Me laisse pas comme ça, je t’en en supplie !
Haussant un sourcil, plissant ses lèvres, Hideaki jeté de côté se redressa sur son coude. Puis, d’un geste brusque et sans préavis, il agrippa les poignets du chanteur, faisant preuve d’une force insoupçonnée. Il le tira au sommet du lit avant de replonger entre ses jambes. Sans plus de cérémonies, il avala le sexe de Canaan. Sa langue brûlante jouait alors que sa tête blonde dansait d’avant en arrière, va-et-vient rapides et profonds. Ses joues serraient le gland, aspirant ce qu’il lui laissait à peine goûter. Lui aussi, petit à petit, perdait patience. Ces jeux ne l’amusaient qu’un court moment. Sa tête vide, il n’écoutait plus que la respiration saccadée ainsi que les gémissements rauques du jeune garçon sous lui.
Canaan ne savait plus où donner de la tête. Il se sentait brûler d’une passion qui essayait de déborder. Il tenta de se redresser mais le blond le saisit par les poignets et les lui bloqua de chaque côté. Le bleuet frémit de plaisir apparemment et saisit les couvertures, les froissant violemment entre ses mains. Il sentit soudain le blond s’arrêter une nouvelle fois et il grogna son mécontentement. Lorsqu’il découvrit le regard qu’Hideaki lui lançait, ainsi qu’un sourire mauvais, il comprit ce que le blond avait en tête.
- T-T-Tu veux pas que je te supplie quand même ?!
Mais le blond ne bougeait pas. Et Canaan sembla soudain grogner d’impatience. Il se crispa soudain, sentant autre que la langue du blond jouer sur son gland, quelque chose de chaud s’enfoncer entre ses fesses.
- Eh oh eh !! T-T-T-Tu ahhhh… Fais q-quoi mmmhh… lààà ahhh…
Hideaki avait toujours ses poignets soudés dans une main et refusait de laisser Canaan s’échapper. Au contraire, il raffermit sa prise, son doigt humide s’enfonçant en lui. Canaan ne savait plus où se mettre. Se mordant violemment la lèvre inférieure, le chanteur ferma les yeux, remuant le bassin instinctivement, suppliant, alors que l’intrus fouillait plus profondément. Le bleuet arrêta soudain de gigoter et fixa un point devant lui, le regard complètement rougi et perdu.
- P… prends-m-m-m-moi… Je t’en p-p-prie… J’en peux plus…
Et là Canaan resta étonné qu’il ait osé dire quelque chose comme ça et planta ses yeux sur le blond, une envie folle de l’embrasser le prit au ventre, mais ses poignets étaient toujours emprisonnés…
Hideaki le relâcha enfin, attrapant son pantalon pour fouiller dans ses poches. Il se saisit d’un petit emballage violet, l’ouvrant avec les dents pendant qu’il tenait fermement les jambes de Canaan. Le bleuet ne bougeait presque pas… Ses lèvres tremblaient légèrement et sa poitrine montait descendait nerveusement. De la sueur coulait lentement le long de sa peau et de ses cheveux. Il semblait totalement soumis et attendait la suite impatiemment. Habitué, Hideaki glissa le préservatif sur son sexe, avant d’enfoncer ses mains sous les cuisses de Canaan. Il se jeta en avant, ses lèvres scellèrent celles du bleuté, sa langue violant presque la bouche enflammée aux lèvres rosées du chanteur. Profitant de la passion avec laquelle il lui répondait, il donna un coup de bassin violent, s’enfonçant en lui presque brutalement. Il étouffa un râle de douleur du garçon aux cheveux bleus, perdant rapidement tout le self-control qu’il possédait jusqu’à présent. Sous lui, il avait plié Canaan, se servant de son poids pour forcer contre les fesses qui se resserrèrent immédiatement. Il brisa l’échange, lâchant un soupir puissant, désir ardent au fond de sa gorge.
- Détends-toi… mmh, tu vas me briser, Canaan…

La lame tranchait, hésitante, la pâte fine rembourrée d’ingrédients divers. Kaerizaki maîtrisait l’art du couteau, empêchant Tatsuya de s’approcher de lui.
- Oh alleeezzz, un petit bouuut ! geignit le brun, perché sur ses épaules.
- Va t’asseoir, t’es lourd !
Le garçon aux cheveux noirs siffla, envoyant les assiettes sur la table avec les parts du repas préparé, mettant dans un coin quelques bouts pour l’ours dormant dans la chambre en haut, ainsi que pour ceux qui s’envoyaient en l’air. Ignorant volontairement la question inquiète de Grim, il jeta un bras autour de ses épaules.
- Je peux prendre un morceau de la tienne ? Elle a l’air bonne.
Grim le fixa et soudain trouva les actions du noiraud un peu suspectes. Il espérait juste que la disparition de son meilleur ami n’avait rien à avoir avec ce type…
- Je vais quand même vérifier où se trouve Cana…
Il se leva lentement et se prépara à partir. Kae se redressa, lançant avec une pointe de sarcasme :
- Laisse-le vivre, le Canaan. Il n’a plus besoin de toi.
Grim s’arrêta soudain. Il se retourna doucement et fixa Kae en levant un sourcil.
- De quoi je me mêle exactement, l’hypocrite de service ? Que j’aie besoin de lui ou pas n’est pas ton problème, je me trompe ?
Décidément, Kae semblait vraiment l’énerver. Il ne pouvait pas lui faire confiance et maintenant que le noiraud lui avait dit ça, il devait à tout prix retrouver Cana. Il se retrouva soudain dans le salon et regarda alors Shika qui était toujours absorbé avec Mario Kart et visiblement n’arrivait pas à battre Akira.
- Ahhhh !! Encore perdu !!! Akira laisse-moi encore une chance je peux te battre !!
Et Grim soupira… Décidément il n’y avait que lui qui se préoccupait de Canaan… Il repensait encore aux mots que Kae lui avait dit et dans un sens, il avait raison… Mais Canaan… Il ne voulait vraiment pas le perdre… Il inspira profondément et prit la décision de dire à son meilleur ami ce qu’il ressentait pour lui.
Tatsuya sorti du salon, à la suite de Grim, allant se fumer une cigarette. Il ressentait le besoin de prendre l’air, l’ambiance étouffante de la pièce lui faisait tourner la tête. La musique forte et les éclats de rire lui tambourinaient à la tête.
- Ca sent l’orage… murmura-t-il.

Canaan sentit ses larmes couler sans qu’il puisse les retenir. Il tenta de s’éloigner, mais le blond ne le laissait pas faire.
- Hide… Ca fait mal… A-Arrête, je…
- Sshht…
Le blond lécha les larmes de son amant, embrassant son visage, coulant contre son cou, tout en douceur.
- Arrête de te crisper, ça sera plus agréable… souffla-t-il.
Canaan frémit sous les mots prononcés par le blondinet et tenta comme il put de se calmer. Doucement, Hideaki amorça un lent mouvement de bassin, glissant entre les fesses du bleuté secoué de frissons. Il n’aurait pas dû jouer autant. Alors que ses reins bougeaient plus vite, il l’embrassa à nouveau avec tendresse. Canaan frissonna sous ce baiser et se sentit soudain envahit par un doux plaisir qui s’accentua au fur et à mesure. Canaan, tremblant, entoura la taille du blond de ses jambes et, libérant une main de la prise du batteur, la mit autour du cou de ce dernier, l’attirant vers un fougueux baiser. Il se sentait devenir fou, mais ce n’était plus désagréable. Il voulait que le blond le prenne tout entier à présent…
Et ce dernier ne se fit pas prier. Les craintes dissipées, la tête vide, il laissa le désir prendre le dessus, se faire violence. A chaque coup de bassin, il s’enfonçait plus profondément, raclant la prostate du jeune Canaan et libérant une onde brutale, presque désagréable de plaisir. La sueur perla rapidement sur la peau blanche du jeune homme aux yeux de glace, ses râles s’intensifiant à chaque va-et-vient. Le lit grinçait, le bois du sommier cognant contre le mur à chaque assaut. Draps froissés entre les doigts du garçon aux cheveux bleus, leurs sueurs se mêlaient, leur respiration ne faisait qu’une et leur corps dansaient. Canaan, le plaisir prenant le dessus, se laissa complètement pilonner par Hideaki, criant son plaisir à chaque poussée du blond en lui. N’en pouvant plus, il hurla comme un fou quand il se sentit jouir contre le batteur des Dolce Alba. Hideaki ne tarda pas à le suivre et se libérant soudain, il s’affala sur le chanteur qui le serra dans ses bras. Pendant ce temps, alors qu’ils oubliaient le monde, un ami inquiet montait les escaliers, l’angoisse lui serrant la gorge. C’est à ce moment-là que la porte s’ouvrit à la volée, laissant apparaître dans embrasure le guitariste des Bad Mint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alexandmisty.forumactif.com
 
Chapitre 4 d'Hysteria en avant -première
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum d'AlexandMisty :: Dolce Alba :: Fans fics & Chansons-
Sauter vers: